Allier planification et déconcentration : l'expérience d'Haïti

05 Novembre 2020

img-20200907-wa00082.jpg

Atelier de formation animé par l’IIPE-UNESCO en mars 2020 à Port-au-Prince
IIPE-UNESCO
Atelier de travail avec l'IIPE-UNESCO en mars 2020 à Port-au-Prince

L’IIPE intervient en Haïti dans le cadre d’une mission de développement des capacités de planification des directions départementales de l’Éducation (DDE). En complément du programme de formation destiné aux agents du ministère de l’Éducation dans les territoires, des sessions de coaching sur-mesure sont assurées par des experts haïtiens. Gros plan sur ce dispositif original qui réinvente la démarche de transfert de compétences en cascade.

Les réformes de décentralisation imprègnent depuis bien longtemps la gestion des systèmes éducatifs. A partir des années 1990-2000, de nombreux États du sud ont ainsi adopté des mesures pour déléguer des compétences à des structures déconcentrées ou décentralisées. Si le niveau de mise en œuvre varie selon les contextes nationaux, l’objectif visé est généralement le même : améliorer l’efficacité des systèmes administratifs et la qualité de l'éducation. 

C’est le cas en Haïti, où une grande réforme de déconcentration de l’administration publique est en cours. Dans ce contexte, les DDE sont supposées jouer un rôle clé pour mettre en œuvre la politique nationale d’éducation au niveau de chacun des dix départements du pays. Au sein de ces structures déconcentrées du ministère de l’Éducation et de la formation professionnelle, des services de planification et de technologie ont récemment été créés. Ils ont notamment vocation à collecter et traiter les données éducatives locales et mettre en œuvre un plan départemental d’éducation. Reste que, en raison de lacunes techniques en matière de planification – mais aussi en termes de pilotage au niveau central –, les DDE peinent à déployer les politiques sectorielles et à élaborer leurs plans départementaux. 

Vers une planification stratégique de l’éducation au niveau départemental 

Dans le cadre de son appui technique, l’IIPE organise, depuis 2019, une série d’ateliers rassemblant chaque département. Certains sont destinés aux planificateurs et aux agents techniques voués à le devenir. D’autres visent un public plus large de directeurs et chefs de service départementaux mais également d’inspecteurs ou de coordonnateurs de district. 

 « Lors de la première phase du projet, chaque DDE a pu produire son propre diagnostic du système éducatif départemental. Ces dix documents mettent en lumière les difficultés spécifiques de chaque territoire. Quand on connait les conditions d’accès aux données dans le pays, c’est une réussite… et une grande première à l’échelle départementale », explique Hélène Bessières, la coordinatrice de ce programme d’appui technique de l’IIPE en Haïti. 

Prochaine étape pour les participants : la réalisation d’un plan annuel des activités propre à chaque DDE. En posant les objectifs et le plan d’action, ce document opérationnel ouvre la voie d’une planification stratégique, adaptée aux besoins identifiés au niveau départemental. 

Les modalités et le calendrier du projet ont toutefois dû être revus suite aux deux grandes crises successives qui ont touché le pays. D’abord le long blocage du pays lié la situation socio-politique fin 2019 (le « peyi lòk »), suivi de la pandémie de COVID-19 quelques mois plus tard. Tandis que les spécialistes départementaux de la planification continueront à bénéficier d’ateliers en présentiel dès que le contexte sanitaire le permettra, un programme de formation à distance a été prévu en parallèle pour les autres participants. 

Renforcer les capacités avec le coaching

Autre originalité de ce projet : tous les ateliers de l’IIPE sont suivis d’une session de coaching opérationnel. Ces séances sur-mesure sont animées par des cadres du ministère de l’Éducation haïtien, préalablement formés par l’IIPE. Chaque DDE peut ainsi compter sur un binôme de coaches constitué de planificateurs expérimentés, exerçant soit au niveau central, soit au niveau déconcentré. L’enjeu : permettre aux participants de mettre concrètement en pratique, sur leur lieu de travail, les connaissances techniques apportées par la formation. Et ainsi favoriser l’adoption de nouvelles techniques et habitudes de planification. 

Jacksonn Joseph fait partie de l’équipe de coaches intervenant auprès des DDE. Diplômé du programme de formation approfondie de l’IIPE en 2012, il est désormais planificateur et coordinateur technique au sein de la direction générale du ministère de l’Éducation et de la formation professionnelle. 

Il partage son expérience. 

Lire la retranscription

"Le rôle du coach est de s'assurer que l'équipe a bien compris le message véhiculé par le staff de l'IIPE. Il s'agit également d'aider les cadres des DDE participant à la formation à réaliser les exercices. Le coach ne va pas réaliser les exercices à la place du participant, mais il doit s'assurer qu'il a compris l'énoncé et qu'il n'y a pas de souci. Quand le message n'est pas clair, le coach revient sur ce qui a été dit par les formateurs. Dans certains cas, nous réalisons donc des séances de training pour les participants".

" Lors de la réalisation des diagnostics, nous avons observé que les participants ne maîtrisaient pas toujours le calcul ou l’interprétation de certains indicateurs, en particulier quand il était question de flux. Nous avons pu identifier les problèmes et les corriger ensemble. À partir des diagnostics, nous pourrons épauler les collègues dans l’élaboration de leur plan d’activité départemental. 

Jacksonn Joseph - Coach & planificateur de l’éducation au sein du ministère de l’Éducation d’Haïti

Selon les conclusions des recherches de l’IIPE , le niveau de mise en œuvre des politiques de décentralisation dépend en grande partie de l'efficacité des structures locales d’administration de l’éducation situées au plus proche des écoles. Développer les capacités des acteurs locaux en matière de planification de l’éducation - dont les directions départementales-, et leur octroyer une plus grande autonomie dans le développement professionnel de leurs équipes, apparaît comme un facteur clé de succès.