Eduquer à l'hygiène et à la santé

Ce document fait partie d'une série de cinq documents destinés à soutenir les pays par des recommandations pour garantir l'accès à une éducation de qualité au temps de la COVID-19. Voir la série

Lorsque les écoles ferment en raison d’une épidémie ou d’une pandémie telle que la COVID-19, il importe de continuer à enseigner les principes d’hygiène et de santé propres à la maladie. Les élèves doivent apprendre comment prévenir ou réduire sa propagation dans leur environnement immédiat, mais aussi comprendre plus généralement le fonctionnement des maladies et des épidémies.

Voici quatre propositions qui pourraient être utiles aux responsables de l’éducation chargés de planifier l’enseignement de la santé dans un contexte de crise sanitaire.

 

1. Coordonner la réponse avec d’autres acteurs impliqués

En matière d’éducation, une riposte efficace à une épidémie réclame de tous les partenaires qu’ils se coordonnent et unissent leurs forces et leurs savoir-faire. En dehors du ministère de l’Éducation (MdE), on peut envisager d’impliquer les acteurs suivants : 

  • les ministères (notamment le ministère de la Santé), pour leur compétence technique ;
  • les parties prenantes de l’éducation (par exemple les enseignants, les syndicats d’enseignants et les associations de parents et d’enseignants), dans le but de s’assurer pleinement leur engagement et leur adhésion à la mise en œuvre de la réponse ;
  • les partenaires internationaux du développement, dans le cadre de l'élaboration des politiques et de l'établissement de normes et de standards ;
  • les partenaires de développement régionaux et nationaux, afin d’améliorer la coordination et l’utilisation des ressources disponibles ;
  • les organisations non gouvernementales (ONG) et les organisations communautaires et confessionnelles, dont la connaissance approfondie du contexte local permet de renforcer l’adhésion et la mobilisation des communautés ;
  • le secteur privé, qui peut fournir des ressources financières et son expertise stratégique.

Quelques propositions à l’intention des MdE :

  • faire l’inventaire de tous les partenaires qui peuvent contribuer à la riposte éducative face à l’épidémie et améliorer sa mise en œuvre, sans oublier d’assurer la coordination avec ces acteurs ;
  • collaborer avec les ONG locales et les organisations communautaires et confessionnelles pour repérer les enfants qui ont le plus de besoin d’une éducation sanitaire ainsi que renforcer les messages relatifs à l’hygiène au sein des communautés ;
  • assurer le suivi des mesures et les effets de tous les partenariats et les adapter, le cas échéant.

 

2. Examiner tous les supports d’apprentissage disponibles en matière de santé et d’hygiène

Il faut mettre à la disposition des enseignants et des élèves les supports d’enseignement et d’apprentissage portant sur l’hygiène et la santé publique comme individuelle. Il importe également d’adapter contenus et formats à la crise actuelle :

  • s’assurer que tous les supports d’enseignement et d’apprentissage comprennent des messages pratiques et clairs sur la nécessité de se protéger et de protéger autrui de l’épidémie ; 
  • instituer des groupes d’experts qui vont examiner le programme et veiller à ce que son contenu soit exact sur le plan scientifique, adapté à l’âge des apprenants, propre au contexte local et à la situation actuelle, et disponible dans les langues locales ;
  • proposer des formations à l’intention des enseignants pour les aider à formuler les messages destinés aux différentes classes d’âge ;
  • veiller à ce que les supports adaptés aux enfants soient disponibles par le biais de canaux éducatifs.

 

3. Offrir des programmes d’éducation à la santé

Les programmes gouvernementaux d’éducation à la santé peuvent jouer un rôle important lors d’une épidémie. Les MdE peuvent s'impliquer de plusieurs manières :

  • créer un groupe de travail conjoint afin de préparer des directives sur les pratiques optimales à l’intention des professionnels de l’éducation à la santé ;
  • faciliter ou organiser des campagnes d’éducation à la santé élaborées en collaboration avec des membres de la communauté et des enseignants ;
  • travailler avec les chaînes de radio et de télévision, les fournisseurs de services internet et les compagnies de téléphonie mobile au niveau national pour diffuser les programmes d’éducation à la santé dans différents formats.

 

4.Préparer une réponse aux abus et aux violences qui peuvent survenir pendant le confinement

En parallèle des politiques de lutte contre les stigmatisations, la violence et le harcèlement http://www.iiep.unesco.org/fr/faire-de-lecole-un-lieu-sur-comment-preven..., il peut être utile d’élaborer des stratégies dédiées aux problèmes qui surviennent dans le cadre des mesures pratiques exceptionnelles prises pour combattre une épidémie. Si le confinement de la population générale peut ainsi être une étape nécessaire pour freiner la propagation de la maladie, il peut avoir des conséquences négatives pour les personnes confinées à domicile. Les responsables de l’éducation peuvent contribuer à atténuer les risques :

  • travailler avec les familles et les communautés pour soutenir les enfants pendant le confinement, en particulier ceux susceptibles d’être victimes d’abus et de violence ;
  • proposer des orientations aux élèves et aux familles sur l’utilisation des écrans et des outils en ligne en toute sécurité, afin de préserver le bien-être et la santé mentale des élèves et de protéger les mineurs des menaces sur Internet.

 

A télécharger

PDF iconDownload eduquer-hygiene-sante_covid19_fiche_pratique.pdf (256.81 Ko)

FichierDownload references_covid_19_fiches_pratiques_iipe.docx (21.76 Ko)