L’impact de la privatisation ou l'investissement public dans le système éducatif sur les résultats scolaires

18 Juillet 2017

En 2011, des milliers d'étudiants chiliens se sont mobilisés contre la privatisation de l'éducation, phénomène qui avait commencé quatre décennies auparavant sous Augusto Pinochet. Inversement, durant les années 1970 la Finlande a pris la décision de se concentrer sur l’équité et l’investissement public dans l’éducation, ce qui l’a conduit à être constamment classé dans les meilleurs systèmes éducatifs selon les évaluations Pisa (Programme international pour le suivi des acquis des élèves). Ces deux trajectoires sont un rappel manifeste des conséquences que les décisions politiques peuvent avoir sur un pays pour de nombreuses années.

Au cours du Débat stratégique du 11 juillet 2017, l’intervenant Frank Adamson, PhD. Senior Policy and Research Analyst à Stanford Center for Opportunity Policy in Education (Scope), a clairement expliqué pourquoi l’investissement public ou la privatisation des systèmes éducatifs sont des sujets d'intérêt et de portée mondiaux. 

Dans son récent ouvrage, Global Education Reform, Frank Adamson ainsi qu’un groupe de chercheurs comparent six pays dans trois continents différents –Chili, Cuba, États-Unis, Canada, Suède et Finlande–, pour illustrer l’impact de la privatisation ou de l’investissement public dans les systèmes éducatifs sur les résultats scolaires.

A maintes reprises, la recherche a démontré comment la privatisation produit une stratification radicale entre les étudiants et les écoles, des faibles résultats d’apprentissage, ainsi qu’une diminution du professionnalisme au sein du corps enseignant. En réponse à ces résultats, Frank Adamson a affirmé que l'investissement public dans l'éducation doit prévaloir. Les gouvernements doivent continuer à investir dans les enseignants, dans les infrastructures et dans une éducation de qualité.

Voir le débat stratégique, avec le discutant, Manos Antoninis, Analyste principal de politiques du Rapport mondial de suivi sur l'éducation, et la modératrice, Suzanne Grant Lewis, Directrice de l’IIPE-UNESCO, ici  (disponible uniquement en anglais):


Accéder à la présentation de Frank Adamson ici.  

Infographie sur les principales observations de l'ouvrage. 


« Six pays. Deux stratégies éducatives. Une conclusion constante. » est une infographique qui présente les différences dans les approches et les résultats entre la privatisation et l'investissement public dans l'éducation. 

Pour plus d'information, voir les vidéos suivantes avec Frank Adamson :

Privatisation ou invistissement public

Nos enfants, notre futur : privatisation ou investissement public dans l’éducation