IIPE-UNESCO : histoire d’une institution pionnière

L’Institut international de planification de l’éducation (IIPE) a été créé en 1963 à Paris, à l’initiative de l’UNESCO. Il est conçu, dès son origine, comme une organisation autonome, apprenante, et pluridisciplinaire, capable de créer des ponts entre des acteurs internationaux et proposer une expertise sur des thèmes stratégiques relatifs aux systèmes éducatifs. Découvrez les moments marquants de l’histoire de l’IIPE, depuis bientôt soixante ans.

Premier conseil d’administration de l’IIPE en juillet 1963

L’IIPE en douze dates clés

1948
L'éducation est reconnue comme un droit fondamental, dans la Déclaration universelle des droits de l'homme

1962
L’UNESCO envisage la création d’un institut international dans le champ de la planification de l'éducation

1963
L’IIPE est officiellement créé, à Paris

1964
Séminaire fondateur sur les « Principaux besoins de la recherche en planification de l’éducation »

1965
Premier programme annuel de formation

1973
L’Institut emménage dans ses nouveaux locaux à Paris – et lance sa première stratégie à moyen-terme

1993
Première mission d'appui technique. Face au développement rapide des activités opérationnelles dans les pays, une unité dédiée à la coopération technique est créée en 1997

1996
Le premier site web de l’IIPE est mis en ligne. Il se développe rapidement et devient trilingue en 2001, avec des ressources et des actualités en anglais, français et espagnol

1997
Création du bureau régional de l’IIPE pour l'Amérique latine, à Buenos Aires

2007
Lancement de Planipolis : de nombreux plans et politiques éducatives des États membres de l’UNESCO sont centralisés sur une plateforme web accessible à tous. D’autres portails thématiques suivront, comme le Learning Portal en 2015

2013
Ouverture du bureau régional de l’IIPE pour l’Afrique, à Dakar. Jusque-là, l’équipe sur place était rattachée au Bureau régional de l’UNESCO pour l’éducation en Afrique (BREDA)

2021
À la veille de ses 60 ans, l’IIPE repense la planification et de la gestion de l’éducation pour répondre aux nouveaux défis posés par la pandémie de Covid-19, dans sa XIe stratégie à moyen terme (2022-2025)

Retour aux origines de l’IIPE

La naissance de l’Institut international de planification de l’éducation s’inscrit dans un contexte de transformations radicales. Alors que la communauté internationale reconnaît l’éducation comme un droit fondamental de tous les êtres humains dans la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, les États prennent conscience du lien très fort entre éducation et croissance économique. Dans cette période d’après-guerre, l’éducation commence à être perçue comme un levier de développement, dans lequel il faut investir. Reconstruction européenne, apparition de nouveaux États indépendants… les années 1950 et 1960 sont marquées par des événements majeurs dont l’impact est considérable sur les problématiques d'éducation. Tous ces facteurs, associés à la forte augmentation de la demande des citoyens en matière d’éducation, conduisent à la naissance d’un nouveau champ de réflexion : la planification de l’éducation. On y place alors de grands espoirs.

Création d’un institut spécialisé et autonome

En juin 1962, une commission consultative de l’UNESCO étudie la création d’un institut international chargé de la recherche et de la formation dans le domaine de la planification de l'éducation.

Ce nouvel institut devra :

  • être pluridisciplinaire,
  • permettre aux experts de travailler et d’enseigner ensemble,
  • permettre aux praticiens de suivre des cours et d’acquérir une expérience utile,
  • être réellement autonome à tous égards : statuts, conseil d’administration, programmes, locaux, personnel, budget et objectifs.


Cette autonomie est considérée, dès le départ, comme la condition permettant à l’IIPE « d’acquérir la stature intellectuelle que l’on [attend] d’elle », selon les termes de René Maheu, alors Directeur général de l’UNESCO. En juillet 1963, l’IIPE est officiellement créé, avec la Banque Mondiale, la Fondation Ford et le gouvernement français comme principaux partenaires fondateurs et financiers. Objectifs de ce nouvel organe de l’UNESCO : tisser des liens entre les institutions internationales concernées par la planification de l’éducation ; renforcer le rôle de chef de file de l’UNESCO dans l’éducation et mener des recherche sur de nouveaux thèmes stratégiques.

Certes, la planification ne crée pas le développement mais il ne saurait y avoir de développement sans planification. De plus, la planification est une discipline intellectuelle qui oblige les gouvernements à penser le présent en termes de futur et à penser le futur en termes de choix délibérés.

René Maheu, Directeur général de l’UNESCO, première session du Conseil d’administration de l’IIPE, 1963.

Un institut multi-facettes, une approche intégrée

Dès le départ, la mission de l’IIPE se focalise sur le renforcement des capacités des États membres de l’UNESCO et la production de connaissances en matière de planification de l’éducation. Dans le prolongement des deux fonctions historiques que sont la formation et la recherche, l’Institut s’engage, à partir du milieu des années 90, dans des activités opérationnelles de coopération technique. Cette activité de support dans les pays n’a cessé de prendre de l’ampleur depuis. Au fil du temps, l’IIPE a en outre amplifié son rôle de catalyseur, encourageant et facilitant la diffusion de ressources et d’informations auprès des États membres.

Créer des ponts entre la formation, les activités de recherche et développement, la coopération technique et le partage de ressources et de connaissances, c’est non seulement ce qui fonde l’identité de l’Institut mais également ce qui fait son originalité. Encore aujourd’hui, l’IIPE s’appuie sur ces quatre piliers complémentaires, qui se nourrissent mutuellement.

En savoir plus sur les instituts du Secteur de l’éducation de l’UNESCO

IIEP Research Seminar 1964 in Bellagio, ItalyClass of 1970 of the IIEP Advanced Training Programme
Séminaire de recherche de l’IIPE en 1964 à Bellagio, en ItaliePromotion 1970 du Programme de formation approfondie de l’IIPE
The new IIEP-UNESCO headquarters building, rue Eugène Delacroix, Paris, 1973Workshop in the Philippines on institutional management of higher education, 1998
Le nouveau bâtiment du siège de l’IIPE-UNESCO, rue Eugène-Delacroix à Paris, en 1973Atelier aux Philippines sur la gestion institutionnelle de l’enseignement supérieur, en 1998

 

Un laboratoire d’idées et de connaissances

Aux avant-postes des débats sur l’éducation et des grandes tendances sociétales, l’IIPE n’a cessé d’enrichir son expertise thématique au fil des années.
Si la question de l’accès à l’éducation a été au cœur des préoccupations de l’Institut dans les années 60 et 70 pour répondre à l’expansion massive de la scolarisation dans de nombreux pays à faibles revenus, la qualité de l’éducation ou les enjeux de financement se sont ensuite imposés comme des problématiques centrales. De même, au-delà des cycles d’enseignement primaire et secondaire, l’Institut s’est rapidement emparé de projets relatifs à l’éducation de la petite enfance, à l’enseignement supérieur et à l’éducation et la formation techniques et professionnel.

Aujourd’hui, la planification de l’éducation adaptée aux situations de crises, le genre dans l’éducation ou l’éducation inclusive font également partie des thématiques prioritaires de l’Institut, pour atteindre l’Objectif de développement durable 4 de l’agenda Education 2030 des Nations unies.


Être présent là où l’on a besoin de nous

L’expansion de l’Institut a également été géographique, à travers l’implantation de deux bureaux régionaux, rattachés au siège de Paris sur le plan institutionnel et administratif. Si l’IIPE a vocation à travailler avec tous les pays membres de l’UNESCO dans le monde, l’Amérique latine et l’Afrique peuvent compter sur une présence physique des équipes, au plus près des besoins spécifiques des systèmes éducatifs des deux continents.

Le bureau régional de l’IIPE-UNESCO pour l’Amérique latine

Face aux profondes mutations des systèmes éducatifs des pays d’Amérique latine dans les années 90, l’UNESCO a décidé d’ouvrir un bureau régional de l’IIPE en Argentine. Lors de sa création, en 1998, le bureau de Buenos Aires s'est concentré sur la qualité de l’éducation et le rôle clé des enseignants. Il a ensuite évolué pour répondre aux nouveaux besoins des États membres de la région et aider les gouvernements à réformer leurs systèmes éducatifs. Il agit aujourd'hui à travers plusieurs programmes de formation, le suivi des tendances continentales en matière d’éducation, mais également des projets de coopération technique, de recherche et d’évaluation.

En savoir plus sur l’IIPE-UNESCO à Buenos Aires
 

Le bureau régional de l’IIPE-UNESCO pour l’Afrique

Fondé en 2001 comme un centre d’expertise dans le domaine de l’analyse des politiques éducatives en Afrique, le pôle de Dakar a d’abord été rattaché au Bureau régional de l’UNESCO pour l’éducation en Afrique (BREDA), avant d’intégrer l’IIPE en octobre 2013. Il intervient à la demande de gouvernements ou de partenaires de l’aide au développement, dans le cadre d’une démarche globale de renforcement des capacités nationales. Il a progressivement élargi son champ d’intervention et ses domaines d’expertise, au-delà de l’analyse sectorielle, pour couvrir l’intégralité du cycle de planification de l’éducation.

Par ses activités de formation, de coopération technique et de recherche et développement, le bureau de l’IIPE à Dakar contribue à l’élaboration et à la mise en œuvre de politiques éducatives plus efficaces, réalistes et équitables dans les pays africains.

En savoir plus sur l’IIPE-UNESCO à Dakar

Rétrospective : ils et elle ont dirigé l’IIPE-UNESCO depuis 1963

  • Suzanne Grant Lewis (États-Unis), 2014-2021
  • Khalil Mahshi,(Palestine) 2010-2014
  • Mark Bray (Royaume-Uni), 2006-2010
  • Gudmund Hernes (Norvège), 1999-2006
  • Jacques Hallak (France) : 1988-1998
  • Sylvain Lourié (France) 1982-1988
  • Michel Debeauvais (France) 1977-1982
  • Hans N. Weiler (États-Unis) 1974-1977
  • Raymond Poignant (France) 1969-1974
  • Philip H. Coombs (États-Unis), 1963-1968