Nigéria : un projet innovant pour l’évaluation des apprentissages

01 Août 2020

Shutterstock - Dans l’état d’Akwa Ibom, au sud du Nigéria, un groupe d’enfants sort de l’école pour aller travailler aux champs.

évaluation apprentissages Nigeria LaNA-IIEP
Shutterstock
Un groupe d'écoliers quitte l'école pour travailler dans les champs de la région d'Akwa Ibom, dans le sud du Nigeria.

Le pays le plus peuplé d’Afrique détient un inquiétant record : son taux de scolarisation est l’un des plus bas du monde alors que 44 % de la population a moins de 15 ans.  Porté en collaboration avec l’IIPE-Unesco, le projet LaNA - Literacy and Numeracy Assessment, en anglais - vise à collecter des données nationales sur les compétences des enfants de fin de primaire, en lecture et en calcul. Objectif : faciliter la planification en matière d’éducation et éclairer les politiques publiques. Explications. 

Combler les manques en matière de données éducatives 

Jusque-là, le Nigéria ne bénéficiait pas de programme national d’évaluation des apprentissages pour nourrir ses politiques de planification de l’éducation. C’est en 2016, à la suite à une formation de l’IIPE sur l’évaluation des apprentissages, que le projet LaNa a été soumis pour la première fois au ministre de l’Éducation nigérian. L’enjeu pour le pays : ouvrir une nouvelle page en matière de politique éducative, grâce aux éclairages de la data. Et ainsi améliorer le taux de scolarisation à travers une meilleure compréhension des freins impactant la fréquentation scolaire, la progression pédagogique et le taux de complétion du cycle de primaire. 

Les décideurs publics de l’éducation et les planificateurs font face à un double défi.  D’un côté, le pays abrite la plus grande population non-scolarisée au monde, avec quelque 10.5 millions d’enfants hors du système éducatif. Alors que l’école est gratuite et obligatoire au Nigéria, la pauvreté, les conflits et les inégalités de genre sont en cause. 

De l’autre, la demande en matière d'éducation est en pleine expansion, plus de 40 % des 190 millions d'habitants ayant moins de 15 ans.  Avec des ressources éducatives dispersées, les écoles peinent à fournir une éducation de qualité à tous les élèves. 

3 informations clés pour comprendre LaNA

 


CIBLES

Cette étude évalue les apprentissages en  lecture, écriture et calcul des enfants de 9 à 10 ans, en dernière année d’école primaire.          


PARTIES PRENANTES

Ce projet mobilise à la fois des instances internationales et nationales, aux côtés de l’IIEP. Parmi elles : l’IEA (International Association for the Evaluation of Educational Achievement), l’UBEC (Universal Basic Education Commission), le NIEPA (National Institute of Educational Planning and Administration).

CALENDRIER

La première étude pilote a été menée en octobre 2019 sur 844 enfants dans 24 écoles, situés dans 12 états du Nigéria. La prochaine étape consiste à décliner cette initiative à grande échelle sur le territoire nigérian, pour recueillir des données représentatives au niveau national.

 

Une réponse à l’Objectif de Développement Durable 4

Le projet LaNA pose non seulement les bases d’une évaluation des apprentissages à l’échelle nationale au Nigéria, mais il offre également de nouveaux indicateurs pour piloter l’Objectif de Développement Durable 4. A noter également que tous les partenaires partageront leurs résultats avec les pays voisins d’Afrique de l’Ouest, en vue d’un éventuel projet d’évaluation des apprentissages à échelle régionale. 
 

adeoye_oyekan_iea

Le projet LaNA arrive au moment où le Nigéria a besoin d’une réinvention de son système éducatif. Nous espérons que les données collectées apporteront des éclairages utiles aux décideurs nigérians en matière d’éducation », résume l’analyste Adeoye Oyekan de l’IEA.  

Retour sur la genèse du projet

En 2016, l’IIPE innovait en proposant un MOOC (massive open online course – ou formation à distance gratuite et ouverte à tous) sur l’évaluation des apprentissages. Parmi les participants internationaux figurait le chercheur nigérian John Okewole, du Yaba College of Technology de Lagos. Suite à cette formation, il s’est entouré d’une équipe d’experts afin de plaider pour un développement de l’évaluation des apprentissages dans son pays. C’est ainsi qu’est née la collaboration entre l’IIPE et l’IEA autour du projet LaNA.  « Nous sommes heureux d’avoir planté la première graine de ce projet grâce à notre MOOC sur l’évaluation des apprentissages. Nous avons hâte de voir cette initiative pilote s’épanouir à plus grande échelle et sommes fiers de voir nos partenaires locaux s’en emparer au Nigéria », conclut Mioko Saito, Cheffe de l’unité Formation et Éducation de l’IIPE.