Conflits et catastrophes : réduction des risques

La planification de l'éducation adaptée aux situations de crises permet de prévenir les risques liés aux conflits et aux catastrophes. Les crises se généralisant et mettant en péril la capacité de répondre aux besoins sociaux de la population en général, en particulier des enfants et des jeunes, les planificateurs et responsables de l’éducation doivent tenir compte des risques liés aux conflit et aux catastrophes, afin que les systèmes éducatifs et leurs acteurs puissent se préparer, prévenir ces risques et en atténuer l’impact. Chaque étape du processus de planification, depuis le diagnostic du secteur de l’éducation jusqu’au financement d’un plan, en passant par l’évaluation du coût, doit prendre en compte ces risques de conflits ou de catastrophes.

L’expertise de l’IIPE

L’IIPE a coopéré avec de nombreux ministères de l’Éducation, notamment au Burkina Faso, au, Mali, en Ouganda, au Soudan du Sud et au Tchad, pour les aider à prendre en compte les risques de crise dans leurs processus de planification.
L’IIPE travaille avec des gouvernements, des agences d’aide et des organisations pour renforcer les capacités en matière de planification en prenant en compte les risques de crise. L’IIPE aide les autorités à :

  1. analyser l’impact des catastrophes et des conflits sur leur système éducatif, 
  2. réfléchir au rôle que peut jouer le système éducatif dans les efforts en faveur de la sécurité, de la résilience et de la cohésion sociale,
  3. réfléchir à la façon dont chacune des phases du cycle de planification peut aborder les questions de sécurité, de résilience et de cohésion sociale,
  4. engager le dialogue et un processus de planification pour encourager la participation de toutes les parties prenantes concernées.

Avec une méthodologie et des outils propres à chaque pays, l’IIPE aide les ministères de l’Éducation et les autres partenaires à :

  • Élaborer et inclure l’analyse des conflits et des catastrophes dans le diagnostic du secteur de l’éducation ;
  • Élaborer des stratégies de réduction du risque de catastrophes et de conflits pour les intégrer aux plans d’éducation ;
  • Comprendre les cadres internationaux de mise en œuvre des programmes de réduction du risque de conflits et de catastrophes ;
  • Développer des outils de collecte de données, afin de mesurer l’impact des conflits et des catastrophes sur le système éducatif et de comprendre le rôle d’atténuation ou d’aggravation que peut jouer l’éducation ;
  • Défendre l’idée de l’éducation comme facteur de sécurité, de résilience et de cohésion sociale ;
  • Nouer le dialogue avec les organisations humanitaires internationales.