Financement et planification

L’éducation est financée par différents acteurs : l’État, le secteur privé, les collectivités locales et les ménages. Pour garantir l’équité, les politiques de financement doivent s'adapter pour ne pas faire peser une charge trop lourde sur les ménages. Mais ces financements doivent aussi être pérennes, le financement public ne peut donc pas être illimité. La difficulté, pour les gouvernements, est de trouver le juste équilibre dans la répartition entre les contributions financières des différents acteurs.

L’IIPE propose des outils et méthodologies pour gérer et suivre les politiques de financement, et aussi pour aider les institutions à mettre en œuvre ces politiques.

Élaboration d’une méthodologie pour améliorer la qualité des données financières

Avec le soutien du Partenariat mondial pour l’éducation, l’IIPE-Paris et son Pôle de Dakar mènent avec l’Institut de statistique de l’UNESCO (ISU) un travail autour du financement de l’éducation : Education financing: Development of methodologies to improve national reporting on financing flows. Ce projet est une contribution aux efforts pour remédier au manque actuel de données financières détaillées sur l’éducation pour la planification sectorielle, l’analyse et le suivi international des objectifs de l’EPT.
Il est mené dans huit pays membres du Partenariat mondial pour l’éducation : cinq pays d’Afrique subsaharienne, deux pays d’Asie et un pays d’Amérique centrale. En tant que chef de file du travail sur les Comptes nationaux de l’éducation, l’IIPE élabore une description complète des flux financiers de l’éducation dans deux pays, ainsi qu’un exemple concret de mise en œuvre des Comptes nationaux de l’éducation, qui servira de modèle pour d’autres pays.

Cadrage macro-financier de la politique éducative

En complément des diagnostics sectoriels en éducation, le Pôle de Dakar appuie le cadrage macro-financier de la politique éducative souhaitée par les autorités partenaires. La conception d’un modèle de simulation financière permet d’estimer les conséquences logistiques et financières des options de politique éducative envisagées par le pays, au regard des ressources nationales mobilisables pour le secteur de l’éducation.

Couvrant l’ensemble du système éducatif, ce type de modèle permet également de vérifier la cohérence globale de la politique envisagée, notamment l’articulation entre les différents sous-secteurs.

Il permet d’apprécier la faisabilité physico-financière des différentes options de développement du système éducatif et d’attirer l’attention des décideurs sur la capacité du pays à mettre en oeuvre ses choix politiques.