Transitions démographiques en Asie et implications pour la planification et les politiques éducatives

 

La démographie, un puissant vecteur de changement

L’évolution démographique peut infléchir la trajectoire du développement d’un pays. Les fondements théoriques sont aujourd’hui bien établis des liens qui existent entre transition démographique, croissance économique et développement humain. Depuis les années 1980, les pays à revenu élevé et avec des population typiquement vieillissantes, ont connu une baisse constante de leurs taux de croissance tandis que les populations plus jeunes (la plupart des pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure) ont bénéficié d’une croissance économique accélérée au cours de cette même période.

Évolutions démographiques rapides en Asie

L’Asie, qui compte à elle seule 60 % environ de la population mondiale, connaît depuis les années 1970 la transition démographique la plus rapide du globe. Les profils démographiques sont cependant extrêmement disparates. La plupart des pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure, comme le Pakistan ou les Philippines, ont une pyramide des âges dénotant une population jeune ; à l’autre extrême, les pays à revenu élevé comme le Japon ou la République de Corée connaissent un vieillissement rapide de leurs populations. La diversité de l’évolution démographique au sein même d’un même pays, entre régions nanties et zones pauvres, est, elle aussi, frappante. Dans l’ensemble, les tendances à l’œuvre en Asie suivent les évolutions observées des économies occidentales avancées : à mesure que les pays vieillissent, ils prospèrent, s’urbanisent et une proportion croissante de femmes éduquées rejoignent le marché du travail.


Changes in age pyramids in Asia

Influence de la démographie sur la croissance économique et le développement humain

 Les économistes ont recours à un large éventail de méthodes pour mesurer les incidences de la pyramide des âges des populations sur les performances économiques d’un pays. Des conditions favorables (notamment une proportion élevée d’individus en âge de travailler par rapport à la population totale) renforcent la participation au marché du travail. Les différences en termes de productivité des différents groupes d’âge impliquent que pendant une période favorable d’un point de vue démographique, un pays tire parti de la part élevée de travailleurs dans la force de l’âge (entre 25 et 54 ans). En revanche, les sociétés vieillissantes accumulent en général davantage de capital (des économies personnelles, par exemple), ce qui permet à ces pays de saisir et d’exploiter un « deuxième dividende démographique ».

La transition démographique s’accompagne d’investissements dans la formation du capital humain, renforçant les tendances économiques. Ainsi la baisse des taux de croissance démographique a facilité la mise en œuvre de politiques publiques en faveur d’un accès équitable aux services sociaux de base, éducation comprise, dans les pays en développement en Asie. La diminution du nombre d’enfants par famille ainsi qu’une forte migration des zones rurales vers les zones urbaines ont transformé la demande d’éducation des familles. Parmi les effets indirects de ces changements sociaux, citons la multiplication des établissements d’enseignement privés, des cours de soutien notamment en ville, et l’intensification de l’attention et du soutien que les parents procurent à leurs enfants en matière d’éducation. 

Saisir les opportunités et contenir les risques

Une situation démographique favorable à une croissance économique et un développement humain sont parfois évoqués en terme de « dividende démographique ». Ce terme décrit une fenêtre d’opportunité qui s’ouvre dans la trajectoire démographique d’un pays présentant une structure des âges jeune. Ces pays se caractérisent par une large proportion de population en âge de travailler ayant à charge un nombre d’enfants et de personnes âgées réduit. Les pays d’Asie actuellement dans cette situation démographique transitoire sont des pays à faible revenu (comme le Cambodge) et des pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure (l’Inde ou l’Indonésie, par exemple). L’ampleur des avantages exploitables de cette configuration pour le développement socio-économique dépend d’un certain nombre de facteurs, comme la capacité du pays à créer des emplois productifs en nombre suffisant. Les taux de chômage élevés chez les jeunes, ainsi que l’expansion de l’économie informelle en Asie du Sud et en Asie du Sud-Est depuis 2000, témoigne des difficultés que rencontrent les pays à s’adapter à ces évolutions démographiques rapides.

Pour les pays aux populations vieillissantes, les enjeux sont tout autres. En Chine, au Japon ou en République de Corée, par exemple, les taux de fertilité n’atteignent pas le seuil de renouvellement des générations. Il en résulte une population active en décroissance ayant à charge un pourcentage croissant de personnes âgées. Dans ces pays le niveau de vie et de productivité pourrait être affectés dans le long terme, d’ici 20 à 30 ans. Des pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure comme la Malaisie ou la Thaïlande devraient être confrontés à ces défis – maintien du niveau de vie et productivité – autour de 2050. Ils se trouvent sous pression pour remanier leurs politiques et revoir leurs priorités de dépenses publiques, avec une compétition croissante dans l’affectation des budgets entre secteurs sociaux de l’éducation, de la santé et soins gériatriques.

Éducation et formation professionnelle : tout doit changer

L’évolution démographique des pays asiatiques affecte la demande et l’offre de l’éducation à plus d’un titre. Au niveau de l’enseignement scolaire, les taux de natalité en déclin et les migrations des régions rurales vers les zones urbaines, ou des centres urbains vers des villes nouvelles, remettent en question la viabilité d’un certain nombre d’écoles. Les pays aux structures d’âge jeunes comme l’Inde mais aussi les pays à revenu intermédiaire tels que la Malaisie, continuent à planifier pour d’une offre d’éducation maximale, et ceci malgré des taux et nombres de population en âge scolaire en déclin. Or, gérer un large réseau de petites écoles implique une rentabilité faible et moins de ressources publiques disponibles pour des réinvestissements dans des améliorations d’ordre qualitatif. Les pays âgés comme la Chine ou la République de Corée s’efforcent de s’adapter à la transition démographique en adoptant des mesures de « rationalisation » comme la fusion d’écoles et une utilisation plus rationnelle des enseignants, sources de nouveaux défis à relever pour la gestion du secteur éducatif et la qualité de l’enseignement et de l’apprentissage.

La formation technique et professionnelle au niveau secondaire et post-secondaire revient sur le devant de la scène des priorités politiques dans les nations en développement du continent asiatique. Ces initiatives sont un moyen de tirer profit de cette explosion démographique de jeunes pour le développement économique, de faciliter leur accès aux emplois rémunérés et de préserver la stabilité sociale en prévenant le désœuvrement. Les nations avancées vieillissantes étudient la possibilité de restructurer les institutions et programmes éducatifs menacés par le nombre toujours plus faible d’étudiants. Elles tâchent d’augmenter la participation au marché du travail des « réserves de main d’œuvre non exploitées », en premier lieu les femmes, et de relever le niveau des formations professionnelles. Les débats relatifs aux priorités de financement public tournent souvent autour de la question suivante : faut-il réduire le budget de l’éducation au vu de la baisse des effectifs, ou au contraire l’augmenter afin de relever les standards pédagogiques et résultats des apprentissages – mesures susceptibles d’améliorer la productivité du marché du travail et la compétitivité des pays à l’international ?

 

RAPPORT COMPLET DES EQUIPES DE RECHERCHE NATIONALES

Le rapport-pays des équipes nationales de recherche sera bientôt disponible sur cette page.

 

ETUDES DE CAS - SYNTHESE IIPE (en anglais)

case_study_india_fr

case_study_korea_fr

case_study_malaysia_fr

 

Recherche de l'IIPE

Entre mai 2015 et novembre 2017, l'IIPE a entrepris un projet pilote sur les implications des changements démographiques pour la gestion des ressources, politiques nationales et la planification du secteur de l’éducation. Le gouvernement de la Malaisie a parrainé la recherche dans le cadre de son Programme de coopération avec l’UNESCO. Trois instituts nationaux de recherche et de formation ont contribué à l'étude: l'Institut Aminuddin Baki (IAB), Malaisie; le Korean Education Development Institute (KEDI), République de Corée, et l'Institut national de planification et d'administration de l'éducation (NIEPA), Inde.

Des études de cas illustratives ont été préparées pour trois pays d’Asie qui présentent des profils démographiques différents: l’Inde, un pays jeune à revenu faible à intermédiaire, entrée dans une phase de dividende démographique; la République de Corée, pays de l’OCDE à revenu élevé, qui connait le vieillissement démographique le plus rapide au monde; et la Malaisie, pays à revenu intermédiaire supérieure qui se trouve dans une phase tardive de transition démographique. Les recherches ont porté sur les répercussions des tendances démographiques passées et projetées sur la distribution de la population scolarisée ou scolarisable, les changements de l’offre et de la demande éducative, ainsi que sur les débats et options politiques dans chacun des trois pays.

Le rapport complet comportant les trois études des équipes nationales de recherche sera disponible ici prochainement. Trois synthèses des résultats par pays préparés par l'IIPE sont disponibles sur cette page (voir ci-dessus). Le projet a également produit un certain nombre de ressources pouvant faciliter des recherches similaires dans d'autres pays. Elles incluent une description des principaux moteurs du changement démographique et de leur impact sur l'offre et la demande éducative; une bibliographie centrée sur l’Asie présentant une sélection de publications et de rapports particulièrement utiles pour la recherche ; un glossaire de termes démographiques essentiels; et quelques outils méthodologiques et de formation développés par le projet