Réouverture des écoles : comment relancer l'éducation après la COVID-19

13 Mai 2020

 C'est une rentrée scolaire à nulle autre pareille : plusieurs pays commencent à rouvrir les portes de leurs écoles après des semaines de fermeture obligatoire. Les autorités éducatives du monde entier doivent de toute urgence préparer la reprise des cours en présentiel, alors que les écoles et les élèves sont confrontés à des défis inédits suite à la phase aiguë de la pandémie de COVID-19. "Malgré l'incertitude quant à la fin de la pandémie, nous devons commencer à planifier la réouverture des écoles dès maintenant", a déclaré Suzanne Grant Lewis, directrice de l'IIPE, lors du récent webinaire de l'UNESCO sur la préparation et la gestion de la réouverture des écoles. 

‘Il est de la responsabilité des gouvernements et des établissements éducatifs d'anticiper cette réouverture.’


Trois questions urgentes

Tout en reconnaissant que l'épidémie aura un impact sérieux sur l'éducation à moyen et long terme, Mme Grant Lewis a exhorté les pays à se concentrer sur les perspectives à court terme. Dans sa présentation, elle a énoncé trois questions essentielles et immédiates que les gouvernements et les autres parties prenantes doivent se poser.

1. Le calendrier : quand les écoles peuvent-elle rouvrir ?

"La priorité absolue est de préserver la vie et le bien-être des personnes", a affirmé Mme Grant Lewis. "Les parents, les enseignants et les communautés scolaires doivent être convaincus que le système scolaire peut protéger la santé physique et mentale des élèves, des enseignants et des autres personnels de l'éducation". Cela signifie qu'il faut se demander, par exemple, si la réouverture des écoles risque de propager le virus, si les écoles disposent des installations d'hygiène nécessaires, comment réduire la taille des classes pour tenir compte de la distanciation physique, et de quel soutien psychologique la communauté scolaire a besoin. La situation est différente dans chaque pays, et même à l'intérieur des pays, et les mesures de réouverture devront être adaptées au contexte.

Mme Grant Lewis a également souligné l'importance de protéger les acquis scolaires et la continuité des apprentissages pour tous. "Les conséquences des fermetures d'écoles seront probablement inégales et il conviendra de remédier aux disparités, par exemple en réduisant les programmes d'études ou en réorganisant les examens". Elle a fait remarquer que les ministères de l'Éducation devraient s'assurer que les autorités sanitaires prennent en compte le calendrier scolaire lorsqu'elles décident des dates de réouverture des écoles.

2. Les conditions : quelles sont les conditions préalables à la réouverture des écoles ?

Le principal critère de réouverture concerne la protection physique contre le coronavirus. Les autorités pourraient commencer par rouvrir les écoles qui se trouvent dans les zones les moins touchées par l'épidémie ou qui disposent des installations d'hygiène les plus adéquates. Mme Grant Lewis a ajouté : "Une deuxième considération pratique est la disponibilité du personnel scolaire, en particulier des enseignants. Le nombre d'enseignants et d'élèves dans les classes devra probablement changer, et il sera peut-être nécessaire de réorganiser la journée de classe". La directrice de l'IIPE a préconisé l'utilisation de techniques de cartographie scolaire pour étudier, par exemple, la scolarisation alternée.

Un troisième élément à prendre en compte est la capacité des administrations et institutions locales à effectuer les changements nécessaires. "Les acteurs éducatifs locaux, comme les directeurs d'école, peuvent-ils mettre en œuvre une scolarisation alternée ? Ou peuvent-ils poursuivre les pratiques d'enseignement à distance pour certains élèves tout en accueillant les autres en classe ?", a demandé Mme Grant Lewis. "Nous devons nous concentrer sur le nombre d'enseignants désireux de retourner au travail et sur le nombre d'élèves qui risquent de décrocher".

3. Les processus : comment organiser la réouverture des écoles sur le plan pratique ?

Le défi pour les États est de déterminer quelles stratégies et quelles actions mettre en œuvre au niveau national et au niveau des écoles. Pour Mme Grant Lewis, la première question est de savoir "qui retourne à l'école en premier ? Certains pays pourraient opter pour une approche géographique, en prenant en compte l'accès à l'enseignement à distance : les écoles situées dans des zones où le niveau de pauvreté est plus élevé seraient les premières à rouvrir". D'autres stratégies existent également. En Chine, la réouverture des écoles a commencé dans les zones les moins peuplées, avec la priorité pour les lycéens en fin de scolarité. Ailleurs, au Danemark et en Norvège, les élèves les plus jeunes sont revenus les premiers car il est plus difficile pour eux de suivre l'enseignement à distance.

"Lorsqu'il s'agit de rouvrir des écoles, l'approche consulter, coordonner et communiquer est essentielle", a déclaré Mme Grant Lewis. "Il faut instaurer un climat de confiance entre toutes les parties prenantes. La communication au sein de la communauté scolaire, et les campagnes de retour à l'école ciblant les enfants qui risquent le plus de décrocher, sont des moyens d'y parvenir". 

Les fermetures d'écoles sont susceptibles d'avoir aggravé les inégalités en matière d'éducation, compromettant la réalisation de l'Objectif de Développement Durable 4. Tous les pays ont le devoir de veiller à ce qu'une interruption temporaire de la scolarité ne devienne pas permanente pour les enfants vulnérables. Le moment est venu de planifier et de préparer l'avenir immédiat de l'éducation.