Subventions aux écoles en Asie de l’Est et du Pacifique

Date: 
1 Octobre 2012 - 31 Mai 2014

Subventions aux écoles en Asie de l'Est et du Pacifique

 

Une réforme importante dans la gestion de l’éducation est en cours dans les pays en développement : les écoles reçoivent désormais des subventions provenant directement des autorités centrales. Plusieurs avantages sont attendus : une meilleure efficacité administrative, des dépenses plus adaptées aux besoins des écoles, un accès accru à une éducation de qualité pour tous, et la réduction des disparités entre élèves et entre écoles. Cependant, on ne connaît que trop peu sur leur utilisation et leur impact sur l'accès, la qualité et l'équité – c’est pourquoi l'IIPE a entrepris cette recherche sur les subventions aux écoles.

Voir la publication


Contexte

Suite aux résultats positifs d'une étude menée en Afrique orientale et australe, l'IIPE et l'UNICEF ont poursuivi leur collaboration sur les subventions aux écoles en Asie de l’Est et du Pacifique de 2012 à 2014. L'approche s’est basée sur des études de cas dans quatre pays: l'Indonésie, la Mongolie, le Timor-Leste et le Vanuatu. La recherche a été conduite par des équipes nationales composées de représentants des ministères de l'Éducation et de centres de recherche nationaux.

L'approche de l'IIPE est innovante dans le sens où elle cherche à comprendre la réalité de la politique de subventions aux écoles à travers des entretiens avec des acteurs clés au niveau local. Leur expérience et leur opinion sont au cœur de la démarche de l'IIPE et constituent la valeur ajoutée de cette recherche.

 

Objectifs

Dans quelle mesure les politiques de subventions aux écoles, telles qu’elles sont conçues et mises en œuvre, permettent d'atteindre leurs principaux objectifs? La recherche tâche de répondre à cette question, en se penchant plus particulièrement sur les critères et les mécanismes de distribution des subventions, sur la manière dont les subventions sont utilisées au sein de l'école et sur la façon dont leur utilisation est contrôlée et pilotée.

Les objectifs et les résultats attendus du projet de recherche en Asie de l'Est et du Pacifique ont été les suivants:

  • Améliorer la conception et la mise en œuvre des politiques de subventions aux écoles grâce aux différentes expériences étudiées;
  • Acquérir une meilleure compréhension de la façon dont la conception et la mise en œuvre des politiques de subventions aux écoles affectent l'équité et la qualité de l'éducation et bénéficient aux élèves;
  • Renforcer l'expertise et les compétences des centres de recherche nationaux;
  • Sensibiliser les décideurs des ministères de l’Éducation aux résultats de la recherche et à leurs implications politiques.

 

Résultats

  • Accès et équité : Les subventions aux écoles ont permis aux enfants, en particulier ceux issus de familles pauvres, de s'inscrire et de rester à l'école, bien que les parents doivent toujours apporter une contribution financière dans la plupart des cas. En Mongolie, les subventions sont allouées en fonction des besoins et des caractéristiques des élèves et des écoles. Cependant, dans d'autres situations, les subventions ne sont pas toujours utilisées au profit des enfants défavorisés et n'ont pas permis la réduction des disparités entre les écoles.
  • Qualité : Alors que de nombreux acteurs ont souligné l'amélioration de l’environnement scolaire grâce aux subventions, des matériels d'enseignement et d'apprentissage ainsi que la motivation des enseignants, d'autres ont fait part d’un avis plus mitigé, évoquant des ratios élèves / enseignant élevés et d’enseignants sous-qualifiés. Dans plusieurs cas, le montant des subventions reste insuffisant pour permettre un impact réel sur la qualité de l'éducation ; les subventions ont aussi été souvent utilisées pour payer les salaires des enseignants.
  • Participation : Les subventions n’ont pas conduit à plus de participation dans les processus de prise de décision au sein des écoles et les enseignants et parents en sont trop souvent exclus. Les décisions restent prises par un petit nombre d’acteurs, notamment le chef d'établissement.
  • Efficacité administrative : Bien que le fait de déposer les fonds directement dans les comptes bancaires des écoles permette d’améliorer l'efficacité administrative, les retards et les conditions liées au décaissement sont contreproductifs.
  • Autonomie des écoles : tandis que les écoles en Indonésie, au Vanuatu, et les écoles centrales du Timor-Leste jouissent d'une autonomie dans l'utilisation des subventions, celle-ci reste limitée dans les écoles filiales au Timor-Leste et les écoles en Mongolie.

A partir de ces résultats, des recommandations spécifiques ont été identifiées, partagées et discutées dans chaque pays. Les principes clés à prendre en considération lors de l’élaboration et de la mise en œuvre d'une politique de subventions aux écoles sont les suivants :

  • la formulation claire des objectifs de la politique de subventions;
  • la relation logique entre les objectifs stratégiques, d’une part, et la conception et la mise en œuvre, d’autre part, en particulier la formule, le montant de la subvention, et les mécanismes de transfert;
  • la consultation des acteurs de l'école dans le processus de formulation des politiques;
  • la communication de la politique et sa diffusion aux principales parties prenantes;
  • le développement des capacités des acteurs des écoles impliqués dans la gestion et le pilotage des subventions;
  • le renforcement des structures représentatives et une meilleure sensibilisation des écoles à la participation dans le processus de prise de décision;
  • des mécanismes de pilotage et de contrôle relatifs à la gestion et l'utilisation des subventions au niveau des écoles.