We teach here : à l’école avec les réfugiés à Kakuma, au Kenya

16 Juin 2022

img_0448_small.jpg

©IIEP-UNESCO/Makmende Media
Dans les coulisses du film "We Teach Here" au Kenya.

Dans le monde, 35,5 millions d'enfants sont réfugiés en dehors de leur pays de naissance et 23,3 millions vivent déplacés à l’intérieur de leur pays. Ces enfants ont laissé derrière eux leurs maisons et leurs amis. Il ne faut pas qu’ils laissent derrière eux leur scolarité. Pour continuer à apprendre, les enfants ont besoin d'enseignants bien formés et bien soutenus. Un court métrage de la série We teach here suit la vie de trois professeurs, les défis qu’ils rencontrent et les solutions qu’ils trouvent.

Le court métrage présente trois enseignants du camp de réfugiés de Kakuma, au Kenya, où 500 professeurs, kenyans et réfugiés, travaillent ensemble pour assurer la scolarisation des élèves.  Achol Awuol, 23 ans, est originaire du Soudan du Sud. Elle débute dans l’enseignement. 

Même si elle a toujours voulu enseigner, « J'étais nerveuse au début », dit-elle. Des enseignants plus expérimentés comme Bhan Pal Simon et Stanley Kibet, ont eux aussi parfois quelque appréhension, surtout que chacune de leur classe accueille près de 100 élèves. Comment vivent-ils cela ? Comment se développent-ils professionnellement et se sentent-ils en confiance devant leurs élèves ? 

 


(Pour ajouter les sous-titres en français ou dans une autre langue, activez le bouton « sous-titres » en bas à droite de la vidéo, puis utilisez la petite roue de paramètres, cliquez et sélectionnez « sous-titres » dans le menu, puis « traduire automatiquement » et sélectionnez la langue de votre choix).  

En suivant les enseignants de l'aube au crépuscule, le film de l'IIPE-UNESCO et de l’Education Development Trust donne un aperçu de ce qui est nécessaire pour que ces enseignants s'épanouissent dans leur métier. Le film met l'accent sur l'importance du mentorat, de la collaboration entre enseignants et de la formation. Avec une attention particulière à la manière dont les enseignants kenyans et les enseignants réfugiés interagissent et se soutiennent les uns les autres.  

 

À plusieurs moments du film, on voit les enseignants se filmer eux-mêmes, ainsi que l'école et leurs élèves. En utilisant le Contenu Généré par les Utilisateurs, les enseignants ont une occasion unique de raconter leur propre histoire, de partager ce qui les motive et les pousse à continuer, jour après jour. 

Filmé avec l’agence Makmende Media et le soutien de Dubai Cares, We teach here s'aligne sur les principes de "Dignified Storytelling" , une initiative qui appelle à un contenu plus honnête et plus nuancé, privilégiant la valeur et la dignité humaines. 

Dignified Storytelling s'efforce de favoriser une compréhension commune de la manière dont la narration peut défendre la dignité de toutes les personnes.

https://dignifiedstorytelling.com/pledge/

Le film à venir fait partie d'un projet de recherche plus large sur les meilleures pratiques pour soutenir une gestion efficace des enseignants auprès des personnes réfugiées en Afrique de l'Est. Alors que de nombreuses initiatives sont déployées pour soutenir l'intégration des enfants réfugiés dans les systèmes éducatifs des pays d'accueil, cette recherche vise à combler le manque de connaissances sur leurs enseignants. 

La série We teach here montre les enjeux humains de cette recherche et veut amplifier les voix de ceux qui sont au centre de celle-ci : les enseignants. Le premier film a été tourné à Gambella, en Éthiopie, où trois enseignants ont partagé des aspects de leur vie personnelle tout en montrant l’importance et l’impact de leur travail pour les jeunes réfugiés. Après le Kenya, un troisième film donnera la parole à trois enseignants en Ouganda, après deux ans de fermeture des écoles en raison de l’épidémie de COVID-19, afin d'illustrer leur ingéniosité dans les moments difficiles.