Construire des systèmes éducatifs intégrant le climat

07 Juin 2024

shutterstock_1750522178.jpg

Claudio Soldi/Shutterstock.com
Un groupe d'élèves visitant les chutes Victoria au Zimbabwe

À l'occasion de la Journée mondiale de l'environnement, découvrez une nouvelle initiative associant plusieurs partenaires et des cartes géospatiales mettant en évidence les risques climatiques, pour aider les gouvernements et leurs partenaires à intégrer l'adaptation au changement climatique et la durabilité environnementale.

En 2024, les chaleurs extrêmes obligent de plus en plus d'écoles à fermer, de l'Asie du Sud-Est à l'Afrique de l'Est. Fin mars, le Soudan du Sud a fermé les écoles de ses 2,2 millions d'élèves, tandis que le Bangladesh a fermé ses écoles à plusieurs reprises en raison de températures record, affectant 33 millions d'élèves. Simultanément, les gouvernements d'Afrique australe ont déclaré des urgences nationales en raison de la sécheresse, qui menace la sécurité alimentaire et les bonnes conditions d'enseignement et d'apprentissage.

L'initiative Systèmes éducatifs intégrant le climat, financée par le Partenariat mondial pour l'éducation et mise en œuvre en partenariat avec l'UNESCO, l'IIPE et Save the Children, vise à relever ces défis majeurs auxquels sont confrontés les systèmes éducatifs.

Avec cette initiative, les partenaires cherchent à renforcer les capacités des pays à intégrer l'adaptation au changement climatique et la durabilité environnementale dans les plans sectoriels d'éducation, les budgets et les stratégies, et à renforcer la coordination au sein des gouvernements sur la programmation climatique et environnementale.

Le Zimbabwe, confronté à des sécheresses, des cyclones et des précipitations imprévisibles, est le premier des 35 pays éligibles à bénéficier d’un appui technique dans le cadre de cette initiative. Le ministère de l'Enseignement primaire et secondaire a fixé comme priorité l'élaboration d'une analyse des risques, dans le contexte de cette assistance technique. L’analyse a pour but d’identifier les principaux risques climatiques, leurs impacts sur le système éducatif et les capacités existantes pour atténuer ces impacts.

Ce point est essentiel car 43 % de la population du pays est âgée de moins de 18 ans, et le pays est classé dans la catégorie « risque élevé » de catastrophes d'origine climatique dans l'indice des risques climatiques pour les enfants de l'UNICEF.

Le premier atelier d'analyse des risques a eu lieu à Harare en avril 2024. Les partenaires et les agents du ministères se sont réunis pour identifier les principaux facteurs de stress liés au changement climatique dans le pays et évaluer leurs effets possibles sur l'éducation.

Un deuxième atelier débutera le 5 juin, coïncidant avec la Journée mondiale de l'environnement. Au cours de ces sessions techniques, les fonctionnaires du ministère auront l'opportunité d'analyser les capacités et les lacunes existantes pour faire face aux effets du changement climatique sur l'éducation.

Cette série d'ateliers permet de faciliter un dialogue intersectoriel essentiel : par exemple, le ministère de l'Enseignement primaire et secondaire est maintenant engagé dans des discussions avec d'autres ministères, notamment le ministère de l'Environnement, de l'Eau et du Climat, afin de favoriser l'action climatique dans et par l'éducation.

À travers ces sessions de développement, les participants peuvent analyser les données sur le climat et l'éducation afin d'identifier les établissements scolaires situés dans des zones sujettes à la sécheresse. Les projections de températures et de précipitations fournissent également aux principales parties prenantes nationales une perspective à long terme sur les risques climatiques pour le système éducatif.

Ce soutien technique permettra aux fonctionnaires du Zimbabwe de développer des capacités à intégrer l'adaptation au changement climatique et la durabilité environnementale dans leurs politiques et leurs plans, en adoptant une approche fondée sur les données.

Cartographier les tendances historiques et futures à l'aide de données géospatiales

Pour aider le Zimbabwe à planifier l'avenir, l'IIPE a créé une série d'analyses et de visualisations géospatiales, présentant à la fois les tendances climatiques historiques et les projections jusqu'en 2100.

Cette carte montre les précipitations mensuelles moyennes autour des écoles du Zimbabwe de 1978 à aujourd'hui. Le bleu le plus foncé indique les zones autour des écoles avec les précipitations les plus importantes. 

Cette carte illustre le pourcentage du temps annuel pendant lequel chaque école a subi une forme de sécheresse, de 1980 à 2024.

Cette carte fournit une projection du temps (en pourcentage) pendant lequel les districts connaîtront une forme de stress thermique par année entre 2024 et 2100.

Comment ces cartes sont-elles créées ?

En utilisant les données de localisation des écoles du ministère de l'Enseignement primaire et secondaire, les experts en données géospatiales de l'IIPE ont extrait, pour chaque délimitation administrative et chaque école, les informations concernant la pluie, la sécheresse, la température et l'humidité par mois depuis 1978. Un script Python a ensuite été utilisé pour transformer ces données en graphiques et tableaux (à l'aide d'Excel) et en cartes (à l'aide de QGIS). Les projections proviennent du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC).

Comment ces types de cartes sont-elles utilisées dans la pratique ?

L'IIPE collabore avec les principales parties prenantes au niveau national pour renforcer les capacités des ministères et de leurs partenaires à utiliser ces cartes comme outils clés pour comprendre et analyser les tendances historiques et les projections au niveau national afin d'informer une planification de l'éducation résiliente au changement climatique.

Plus précisément, les ministères de l'Éducation, comme au Zimbabwe, développent des compétences leur permettant d'identifier les écoles qui sont - ou seront - les plus exposées dans des provinces spécifiques, et ainsi de concevoir des stratégies de prévention, de préparation et de réponse fondées sur des données afin d'assurer la continuité de l'éducation face aux risques climatiques.