Entretien : les agents du changement au niveau intermédiaire des systèmes éducatifs

15 Décembre 2020

hyderabad-2015_304.jpg

Shutterstock

De l'Ontario (Canada) à Rio de Janeiro (Brésil), des histoires méconnues sont derrière certaines récentes réformes de l'éducation, parmi les plus importantes et les plus durables. Elles concernent notamment les professionnels de niveau intermédiaire - conseillers scolaires, superviseurs, accompagnateurs pédagogiques et mentors d'enseignants - qui font de plus en plus souvent le lien entre la politique et la pratique. En travaillant directement avec les écoles et les enseignants, ces professionnels s'assurent que les nouvelles politiques sont adoptées - et soutenues - dans les salles de classe du monde entier. 

Un nouveau document de travail, publié par l'IIPE-UNESCO, Education Development Trust (EdDevTrust), et la Commission pour l'Education, présente les raisons pour lesquelles le niveau intermédiaire des systèmes éducatifs - à l'échelle régionale, du district et du sous-district - est un rouage essentiel de la "machine" pour un enseignement et un apprentissage de qualité à grande échelle. 

Deux des co-auteures, Barbara Tournier, Chercheuse à l'IIPE, et Ella Page, Chercheuse à EdDevTrust, nous expliquent :

Cette recherche met en évidence la valeur du personnel de niveau intermédiaire dans les systèmes éducatifs. Pourquoi est-ce si important aujourd'hui ? 

Ella Page : Parvenir à un enseignement et un apprentissage de qualité à grande échelle est un défi majeur auquel sont confrontés les systèmes éducatifs dans le monde. Les cadres intermédiaires ont un potentiel énorme en tant qu'agents de changement : ils ont une vision unique de tout un district ou d'une région tout en maintenant une relation étroite avec les écoles. Le niveau intermédiaire peut apporter de nouvelles idées et pratiques dans les écoles et les salles de classe. Il peut apporter l'encadrement et le soutien dont nous savons qu'ils sont essentiels à un développement professionnel efficace des enseignants. 

Barbara Tournier : En ce sens, le niveau intermédiaire joue un rôle capital en tant que pivot entre le niveau local et le niveau national. Il peut contribuer à informer les politiques à partir de la base, et aussi à traduire des politiques souvent complexes. Pourtant, la recherche s'est traditionnellement concentrée sur les enseignants et les directeurs d'école, omettant un peu les niveaux supérieurs. Pour que les systèmes éducatifs soient efficaces, il faut un ensemble de professionnels tout au long de la chaîne, ainsi que des structures de soutien disponibles pour les enseignants à différents niveaux. 

Pouvez-vous expliquer le lien entre les professionnels de niveau intermédiaire et l'amélioration de l'enseignement et de l'apprentissage ? 

EP : Absolument, notre analyse documentaire révèle un certain nombre de moyens prometteurs pour améliorer l'enseignement et l'apprentissage. Les professionnels de niveau intermédiaire peuvent développer des compétences, faciliter le recentrage sur les priorités de l'école et promouvoir la collaboration professionnelle en passant d'une approche axée sur la conformité et le contrôle à un soutien professionnel continu aux enseignants et chefs d'établissement. Cela peut comprendre le développement de communautés d'apprentissage professionnel ou d'autres types de réseaux scolaires, qui ont démontré leur capacité à améliorer l'enseignement.

Comment mieux soutenir les professionnels de niveau intermédiaire afin qu'ils puissent agir en tant qu'agents de changement ?

BT : Pour réussir, la légitimité des professionnels de niveau intermédiaire doit être reconnue. Ils doivent avoir la confiance des praticiens eux-mêmes. Cela est essentiel pour instaurer une culture de confiance et de collaboration entre les enseignants et entre les écoles. Les recrutements à ce niveau doivent être soigneusement étudiés afin d'avoir les bons profils. C'est la première étape. La seconde est de s'assurer que ces professionnels ne travaillent pas de manière isolée, qu'ils sont eux aussi soutenus et responsabilisés. Enfin, il faut leur donner les moyens d'accomplir leur travail de manière effective.

EP : Il est vrai que le niveau intermédiaire a souvent été négligé dans les réformes de l'éducation, mais il existe des pratiques émergentes vraiment intéressantes. Il s'agit du développement des compétences individuelles de leadership et de l'efficacité collective, en parallèle d'une évolution dans la dynamique du pouvoir. Comme le montre notre étude, cela a permis aux professionnels du niveau intermédiaire de se considérer comme des agents de changement capables de résoudre les problèmes. Par exemple, au Bihar (Inde), nous avons vu comment les changements dans les rapports entre les professionnels de niveau intermédiaire et les directeurs de district ont conduit à un sentiment d'appropriation accru. Les responsables ont ainsi pu soutenir plus activement les écoles grâce à une nouvelle pédagogie s'inscrivant dans le cadre d'une réforme pour améliorer les normes de l'enseignement primaire.

Formation
Mercredi 15 Février 2023
Mercredi 26 Avril 2023