Formation courte en planification sensible au genre : une expérience éclairante

02 Février 2022

senegal_gender.jpg

Sylvain Cherkaoui/IIEP-UNESCO Dakar
Des élèves à l'école au Sénégal.

Plus de 45 professionnels de l'éducation de 21 pays d'Afrique anglophone ont suivi la première édition anglaise de la formation courte de l'IIPE sur la planification de l'éducation sensible au genre. Parmi ces participantes et participants composés à deux tiers de femmes, plusieurs ont déclaré qu'ils n'avaient pas réalisé l'ampleur des problèmes de genre dans leur pays d'origine avant de participer.

À travers le monde, de nombreux pays n'atteignent pas les objectifs d'Éducation 2030 en matière d'égalité des sexes dans l'éducation. Le renforcement des capacités en matière de planification sectorielle sensible au genre est donc un élément clé pour parvenir à une éducation de qualité équitable et inclusive pour tous. 

Grâce à des activités régionales et nationales diverses et complémentaires, la formation de l'Initiative Priorité à l'égalité constitue la première étape du renforcement des capacités et facilite la collaboration et la discussion.

"Dans mon pays, le plus grand défi est la présomption qu'il n'y a pas de problèmes de genre", a déclaré Miriam Maroba, secrétaire permanente adjointe pour le développement des politiques au ministère de l'éducation de base au Botswana. " La supposition est que puisque nous offrons la même chose à tout le monde, quel serait vraiment le défi ? Mais nous sommes confrontés à un défi de taille : les filles abandonnent l'école à un âge précoce. Dès le départ, on constate que cela les désavantages", a-t-elle déclaré. 

Amon Zondera, inspecteur scolaire de district en Ouganda, a eu une impression similaire après le cours de 11 semaines. "Ce cours m'a ouvert les yeux. C'était un moment passionnant d'exploration et de découverte de soi. J'avais tendance à penser que tout allait bien. Chaque fois que nous parlions de genre, de disparités de genre, d'inégalités de genre, d'autonomisation des femmes et des hommes, je supposais que nous étions sur une base commune. Ce n'est qu'après avoir suivi ce cours que j'ai réalisé que tout n'allait pas pour le mieux", a déclaré M. Zondera.

Entièrement en ligne, ce programme de formation comprend trois modules séquentiels. Grâce à une plateforme d'apprentissage en ligne et à des sessions régulières en direct à distance, les participantes et participants peuvent échanger et apprendre de leurs expériences respectives et consolider les compétences qu'ils peuvent utiliser pour l'intégration de la dimension de genre. 

"C'était la première fois que je suivais un cours en ligne, ce fut donc une véritable expérience d'apprentissage. J'ai pu interagir avec des personnes de toute l'Afrique et partager des idées. Nous avons partagé des défis. C'était très intéressant. Mais ce que j'ai retiré de ce cours, c'est vraiment un changement de mentalité", a déclaré M. Zondera.

GCI soutient le changement à tous les niveaux, des politiques aux communautés

L'Initiative Priorité à l'égalité (GCI) de l'IIPE vise à instaurer des changements à différents niveaux chez tous les acteurs du domaine de l'éducation : les ministères, mais aussi les organisations non gouvernementales, les dirigeants communautaires, les familles et les autres secteurs gouvernementaux.

Pour Mme Maroba, dont le travail au Botswana consiste à plaider avec succès pour que les élèves enceintes puissent continuer à fréquenter l'école pendant leur grossesse plutôt que d'en être exclues pendant un an, intégrer l'égalité des sexes dans la planification de l'éducation signifie veiller à ce que le programme d'études comporte une représentation équitable des hommes et des femmes.

"Cela signifie qu'il faut le rendre aussi accessible que possible, de sorte que, que vous soyez une fille ou un garçon, vous ayez les mêmes chances et le même traitement. Cela signifie également se débarrasser des pratiques inconscientes, des idées fausses et des mythes que nous véhiculons dans notre société... Même à la maison, les filles seront avec leur mère dans la cuisine en train de cuisiner. Ainsi, lorsqu'elles arrivent à l'école, on constate que les filles sont très peu sûres d'elles. Elles ne peuvent pas s'affirmer. Elles ont tendance à attendre d'être invitées à parler, même par l'enseignant. L'intégration de la dimension de genre vise à éliminer ces obstacles, afin qu'elles puissent rêver d'être ce qu'elles veulent être, comme n'importe qui d'autre", a déclaré Mme Maroba.

De même, en Gambie, des mesures ont été prises pour aborder les questions de genre à tous les niveaux, avec un point focal sur le genre dans chaque bureau régional de l'éducation, a déclaré Tida Jatta, directrice des programmes d'éducation de base et secondaire au ministère de l'éducation de base et secondaire de Gambie, et autre participante au cours d'anglais de courte durée.

"Ce qui m'a fait changer d'état d'esprit, c'est de regarder les disparités, les inégalités entre les femmes et les hommes en matière d'emploi. Quand il s'agit de recruter, ces emplois de haut niveau, les emplois de direction :  Les femmes n'y sont pas", a déclaré M. Zondera. "Cela va nous pousser à vraiment creuser plus profondément dans nos politiques, à creuser plus profondément dans nos ministères. Cela m'a montré, en utilisant les données disponibles, que nous sommes vraiment loin de la parité. Nous sommes loin de l'égalité", a-t-il ajouté.

Tida Jatta reconnaît que cette formation courte lui a permis de mieux comprendre ce qu'il reste à faire en Gambie. "Ce cours m'a beaucoup aidée en matière de planification. Il y a encore des zones en Gambie qui résistent à l'éducation. Comment allons-nous planifier le traitement de ces zones ?" a-t-elle déclaré.

"Avec les connaissances que j'ai acquises, je vais travailler avec le directeur de la planification afin de trouver des stratégies pour mieux planifier et de faire face aux disparités et aux inégalités actuelles", ajoute Mme Jatta.

Créer une communauté de pratique en genre et d'éducation

Les participantes et participants ayant suivi la formation courte sont invités à rejoindre la communauté de pratique en matière de genre et d'éducation (CPGE). Cet espace offre une réflexion et un échange continus aux praticiens africains de l'éducation sensible au genre. Les activités de la CPGE comprennent également des ateliers résidentiels comme celui de novembre 2021 au Sénégal pour les francophones.

La CPGE offre également un soutien sur mesure à huit pays : Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Mozambique, Niger, Nigeria, Sierra Leone et Tchad.

Formation
Mercredi 15 Février 2023
Mercredi 26 Avril 2023