Rencontre avec les leaders de niveau intermédiaire qui ont contribué à faire la différence pendant l’épidémie liée au COVID-19

05 Octobre 2021

rwanda.png

Des apprenants vulnérables ont reçu du matériel scolaire à l'école primaire de Kanyundo au Rwanda.

Tout au long de la pandémie, les leaders pédagogiques ont aidé les systèmes d’éducation à s'adapter à des besoins et des contextes très changeants. De Delhi, en Inde, au Rwanda, en passant par Shanghai et les Pays de Galles, l'IIPE a rencontré plusieurs de ces leaders pour savoir comment ils ont soutenu les enseignants et les apprenants dans cette période sans précédent. Ces témoignages viennent également enrichir les recherches que l'Institut mène actuellement avec l'Education Development Trust pour étudier comment les professionnels de l'éducation de niveau intermédiaire agissent comme catalyseurs du changement et contribuent à améliorer l'enseignement et l'apprentissage à grande échelle.

Faciliter le dialogue en ligne à Delhi

Depuis Delhi, en Inde, Ila Varma, enseignante mentor dans une école publique, décrit comment le programme de formation des enseignants coordinateurs, lancé dans toutes les écoles publiques en 2017, a instauré les bases du dialogue et de la collaboration. Au plus fort de l’épidémie de COVID-19, les réunions en ligne du réseau d'enseignants du programme aidait à renforcer les liens entre les enseignants, les chefs d'établissement, les enseignants mentors et les responsables de district.

« Nous avons constaté beaucoup de stress, d'isolement et de souffrance chez les enseignants, les élèves et leurs familles. Il y avait un besoin d'être entendu et les réunions mensuelles en ligne du réseau étaient un bon moyen pour rétablir le contact. Le premier thème abordé était les stratégies de bien-être socio-émotionnel pour les élèves et les enseignants, puis le contenu s'est adapté à notre situation imprévisible. »

« Les enseignants ont confié ressentir à nouveau un sentiment d'appartenance et d'unité. »
- Ila Varma, enseignante mentor dans une école publique, Delhi, Inde.

 « Si les enseignants ont eu du mal à s'adapter à la technologie, les enseignants mentors leur ont facilité la tâche en leur montrant l'exemple lors de sessions de co-apprentissage. Ils ont également organisé des séances d'orientation technologique, non seulement au niveau de l'école, mais aussi au niveau de l'État, afin d'entrer en contact avec un plus large groupe d'enseignants. Aujourd'hui, ils produisent leurs propres vidéos et utilisent des outils en ligne. »

La communauté enseignante face à la fracture numérique

« De nombreux élèves sont issus de milieux économiques défavorisés et disposent de peu de ressources. Certains élèves se connectaient par téléphone, tandis que d'autres n'étaient pas faciles à joindre. Les enseignants ont reçu l'aide des comités de gestion des écoles, ainsi que des élèves des autres classes, pour aller à la rencontre des plus défavorisés. Certains enseignants se sont même rendus chez ceux-ci pour vérifier qu'ils allaient bien, un principal adjoint a fait don de plus de 300 téléphones portables à des élèves défavorisés afin qu'ils puissent suivre des cours en ligne. De nombreux autres enseignants ont décidé de de recharger les crédits des téléphones pour que leurs élèves ne manquent pas leurs cours. »

Soutenir les apprenants vulnérables au Rwanda

« Au Rwanda, les leaders d'apprentissage ont joué un rôle clé dans la réouverture des écoles, mais aussi pour répondre aux besoins des apprenants vulnérables. Grâce à leurs comités d'apprentissage professionnel, les chefs d'établissement ont été soutenus afin de pouvoir communiquer et planifier ensemble plus efficacement », explique Celestin Mutabeshya, un Leader national de l'apprentissage qui travaille dans le district de Rubavu.

« Il était difficile pour le chef d'établissement de fournir à lui seul l’équipement nécessaire à la réouverture des écoles, car chaque chef d'établissement se demandait comment faire revenir les élèves en classe, leur éviter d’attraper le COVID-19 à l'école, etc. En se réunissant au niveau des secteurs et des districts, les Leaders d'apprentissage ont aidé les chefs d'établissement à trouver des solutions. Lors des comités d'apprentissage professionnel, nous avons discuté des moyens pour ramener les apprenants à l'école. Au cours de ces discussions, certaines actions ont été menées, notamment :

  • le travail collaboratif entre chefs d'établissement et enseignants, comité de l'assemblée générale de l'école et dirigeants locaux pour préparer les parents à la réouverture de l'école,
  • la collaboration pour la mise en place de mesures de prévention contre le COVID-19 dans les écoles,
  • identifier des apprenants concernés pour les aider à se réinscrire, notamment les filles enceintes et les apprenants vulnérables.

Nous ne nous sommes pas contentés de ces actions et sommes allés plus loin. Ensemble, nous avons discuté et partagé nos progrès, la mise en œuvre de ces actions, les meilleures pratiques et la marche à suivre. »

« Avec l'aide de Leaders d’apprentissage, les professeurs principaux ont été préparés, les apprenants sont retournés à l'école et les plus vulnérables se sont vus attribuer du matériel scolaire et des uniformes et ont bénéficié de programmes d'alimentation scolaire gratuits. »
- Celestin Mutabeshya, un Leader national de l'apprentissage, dans le district de Rubavu, Rwanda.

Familiariser les enseignants avec les salles de classe virtuelles de Shanghai

Lan Shen, responsable de la recherche sur l'enseignement à Shanghai, en Chine, explique comment l'échelon intermédiaire a conseillé les enseignants sur la manière de dispenser des cours clé de physique en ligne par l'intermédiaire du Shanghai's Air Classrooms - la plateforme scolaire en ligne de la ville lancée pendant l’épidémie de COVID-19.

« Face à l'épidémie, le passage de la formation en présentiel à la formation en ligne n'était pas évident pour la plupart des enseignants.

« ll n'y avait pas de ressources pédagogiques en ligne et aucune expérience préalable de l'enseignement de masse en ligne. Les enseignants en première ligne avaient un besoin urgent de ressources pédagogiques accessibles. »
- Lan Shen, responsable de la recherche sur l'enseignement à Shanghai, Chine.

Mes collègues et moi avons d'abord élaboré une enquête pour comprendre nos besoins en matière d'enseignement en ligne. Nous avons ensuite assuré un soutien commun et individualisé. Depuis février 2020, j'ai également participé à la préparation et aux enregistrements vidéo de la « Classe Virtuelle de physique du Lycée de Shanghai ». L'enseignement en ligne ne signifiait pas simplement transformer un enseignement présentiel en distanciel. Il a ses propres caractéristiques en matière de restructuration de l'enseignement, de réorganisation des contenus et de réappropriation de l'attention des élèves. Pour nous, c'était un défi et une expérimentation totalement nouvelle. »

Également originaire de Shanghai, Jiaxiang Shi, un autre responsable de la recherche sur l'enseignement au niveau du district, affirme que l'échelon intermédiaire a tout au long de la crise joué un rôle clé dans le rapprochement entre les enseignants, les écoles et les administrateurs.

« Je dois traiter le problème à la racine et rencontrer les enseignants qui sont en première ligne afin de recueillir leurs opinions, de comprendre leurs besoins et de conseiller les administrateurs scolaires pour ajuster et améliorer les politiques d'enseignement et d'apprentissage de l'école. »
- Jiaxiang Shi, responsable de la recherche sur l'enseignement à Shanghai, Chine.

« Pendant l’épidémie, j'ai suggéré aux écoles de mon district de mettre en place une formation des enseignants qui s’appuie sur une technologie d'enseignement en ligne conviviale. J'ai fréquemment organisé des réunions en ligne et des sessions de formation des enseignants en ligne pour recueillir leurs commentaires et leurs questions, par exemple pour savoir quel est le moment opportun pour répondre aux questions des élèves lors du cours, et comment améliorer l'efficacité du tutorat pour les devoirs des élèves de manière interactive. »

Donner la priorité au bien-être des responsables de l'éducation au Pays de Galles

Depuis le Pays de Galles, Ian Gerrard, directeur de l'école Ysgol Aberconwy et associé de la National Academy of Educational Leadership au Pays de Galles, partage son expérience pour s’assurer que l’élaboration des politiques reflète les réalités de l'enseignement et de l'apprentissage pendant l’épidémie de COVID-19.

 

« La pandémie a clairement eu un impact sur le bien-être des chefs d'établissement et des cadres supérieurs des écoles. En tant qu'associé de la National Academy for Educational Leadership au Pays de Galles, j'ai participé activement à l'évaluation de la situation des chefs d'établissement et leur ai demandé de nous aider à réfléchir à leur rôle en concevant et en analysant une enquête nationale sur le bien-être.  »

« Nous voulions savoir comment les enseignants se sentaient et comment nous pouvions les aider.  »
-Ian Gerrard, directeur de l'école Ysgol Aberconwy et associé de la National Academy of Educational Leadership au Pays de Galles.

Le rapport (en anglais) qui en a résulté a donné un réel aperçu des défis auxquels ils sont confrontés, indiquant que la charge de travail est ce qui a le plus grand impact sur le bien-être des chefs d'établissement. Le rapport explore également ce que le bien-être signifie pour les chefs d'établissement et où ils trouvent du soutien. Nous voulions également identifier ce qui peut être fait pour les soutenir pendant et après la crise. Le rapport a commencé à influencer la réflexion des décideurs politiques et autres organisations de niveau intermédiaire. Il est clair qu'un grand nombre de décideurs politiques placent désormais le bien-être au centre de leurs décisions. »

Formation
Mercredi 15 Février 2023
Mercredi 26 Avril 2023