Les Instituts de l’UNESCO présentent leur pistes pour problématiser l’(in)égalité à CIES 2017

30 Mars 2017

Les instituts de l’UNESCO étaient bien représentés lors de la 61e conférence annuelle Comparative and International Education Society (CIES), l’un des plus grands événements annuels du monde de l’éducation.

L’Institut de statistique de l’UNESCO (ISU), le Bureau international d’éducation (BIE), l’Institut de l’UNESCO pour l’apprentissage tout au long de la vie (UIL) et l’Institut international de planification de l’éducation (IIPE) ont organisé de nombreux panels pendant la conférence qui s’est tenue à Atlanta aux Etats-Unis du 5 au 9 mars 2017.

Réunissant près de 2700 universitaires et professionnels de l’éducation, la conférence CIES a été l’occasion pour chacun d’échanger ses perspectives comparatives, internationales, et interculturelles sur les dernières tendances, questions et politiques dans le domaine de l’éducation. Avec les nouveaux Objectifs de développement durable (ODD) demandant aux pays d’atteindre l’objectif de pourvoir 12 années d’enseignement de qualité pour tous à l’horizon 2030, les instituts ont apporté une somme d’expertises aux débats.

En tant que source officielle de données comparables à l’échelle internationale pour l’ODD 4 – Education 2030, l’ISU-UNESCO a pris les devants pour résoudre les problèmes de mesure en proposant une série de panels consacrés à des méthodologies, structures et indicateurs innovants. Ces présentations ont couvert de nombreux sujets liés à la question des apprentissages, à l’éducation des enfants en situation de crise et au développement de la petite enfance. L’équité dans l’éducation est essentielle mais difficile à mesurer. C’est pourquoi l’ISU a présenté une stratégie globale afin d’aider la communauté internationale à répondre à une demande pour davantage de données de qualité tout en mettant l’accent sur des domaines spécifiques prioritaires tels que les apprentissages. Cinq des dix cibles des ODD 4 se concentrent sur les apprentissages, , cependant il n’existe pas d’approche convenue pour produire des mesures comparables au niveau international. En réponse, l’ISU a présenté des étapes concrètes pour avancer sur les résultats des mesures des apprentissages nécessaires pour évaluer ces cibles.

En travaillant avec ses partenaires, l’ISU trouve aussi des moyens innovants pour utiliser les sources d’information existantes pour mieux suivre l’éducation des enfants en situation de crise tout en développant un plus large spectre d’outils et de pratiques de mesure pour s’assurer qu’aucun enfant ou jeune ne soit laissé de côté. 

Voir aussi (en anglais): UIS at CIES 2017

 

Le BIE-UNESCO, centre mondial d’excellence en matière de curriculum, a organisé, présidé et présenté une série de sessions clés, y compris un panel présidentiel sur les compétences futures ainsi que des tables rondes sur le rôle des programmes dans la prévention de l’extrémisme violent, les apprentissages au 21e siècle et l’éducation inclusive – autant de sujets qui sont au cœur du travail actuel du BIE. L’événement marquant a été la participation du BIE au panel présidentiel CIES présidé par son directeur Mmantsetsa Marope qui a réuni d’éminents chercheurs du domaine afin de discuter des futures compétences requises au 21e siècle et du rôle crucial du curriculum pour le développement.

BIE-UNESCO a également présenté le nouveau Prospects, Comparative Journal of Curriculum, Learning, and Assessment (Perspectives, Journal comparatif du curriculum, des apprentissages et des évaluations) et les derniers livres parus dans les séries BIE sur le curriculum, les apprentissages et les évaluations : Learning to Educate: Proposals for the Reconstruction of Education in Developing Countries (Apprendre à éduquer : Propositions pour la reconstruction de l’éducation dans les pays en développement); et From Exclusion to Excellence: Building Restorative Relationships to Create Inclusive Schools (De l’exclusion à l’excellence : Bâtir des relations de restauration pour créer des écoles inclusives).

Voir aussi (en anglais) : le BIE à CIES


La contribution  principale de l’UIL-UNESCO a été la présentation consacrée à la nouvelle initiative de l’UNESCO pour l’alphabétisation, l’Alliance mondiale pour l’alphabétisation dans le cadre de l’apprentissage tout au long de la vie (GAL). Dans ce panel intitulé ‘ La Nouvelle alliance globale pour l’alphabétisation : De la problématisation au progrès’, UIL,  avec d’autres intervenants de l’UNESCO ainsi que d’autres institutions et organisations, a proposé des perspectives sur les forces et les défis de l’Alliance. En particulier, la session dédiée aux récents développements institutionnels de l’alliance et comment mieux concerter les efforts pour mener à bien sa mission. GAL vise à encourager et coordonner un partenariat multilatéral et promouvoir des plans d’action novateurs pour un monde plus alphabétisé. L’objectif ultime pour cela étant d’atteindre l’ODD 4, cible 4.6 : « D’ici à 2030, veiller à ce que tous les jeunes et une proportion considérable d’adultes, hommes et femmes, sachent lire, écrire et compter. »

 

Sept experts de l'IIPE-UNESCO des trois bureaux de Paris, Dakar et Buenos Aires étaient à CIES. Ils ont organisé et participé à plusieurs panels. Couvrant de nombreux sujets, ils ont apporté des éléments de recherche, des clefs de compréhension, des retours d'expérience et des perspectives sur la façon dont la communauté mondiale de l'éducation peut planifier des systèmes éducatifs plus efficaces et alignées sur les objectifs du nouvel agenda pour l'Education 2030. Cette année, les contributions de l'IIPE se sont focalisées particulièrement sur la planification en temps de crise et sur l'équité dans l'éducation, les données ouvertes et la transparence, les carrières des enseignants et les résultats des apprentissages.

Lors de la cérémonie d’inauguration de la conférence CIES 2017, Suzanne Grant Lewis, directrice de l’IIPE-UNESCO a déclaré : « Aujourd’hui, les deux grands thèmes de l’éducation sont l’égalité et l’apprentissage. Et nous devons nous assurer à chaque instant que nos programmes et nos interventions œuvrent à leur amélioration ». Elle a également évoqué l’importance de "protéger notre instinct de bienveillance" et incité les participants à renouveler leur engagement afin de développer un système éducatif de qualité pour tous.

Voir aussi : CIES 2017 : Les multiples aspects d'une éducation de qualité pour tous